Jour 6

Réveil tardif. La réunion ne se fit qu’en trainant un pied lasse encore imbibé des vapeurs de l’alcool.

16h00. Ramtho préside le conseil. Plaisir de faire glisser la craie sur la surface noire du tableau rendaient. Ramlentin sert le café, annonçant par son geste le règle du jour: « Un liquide = une chanson ». Aujourd’hui nous pousserons la chansonnette à chaque verre versé, à chaque verre servit, à chaque gorge désaltérée.

Tout est calme. De ce calme des après-midi du sud déléguées à la sieste depuis plusieurs centaines de générations. Le vent léger soulève les feuillages et la fatigue revient creuser les cernes de nos yeux. Après-midi détente, tout est calme. Ramlentin et Ramtho jouent au nerf gun, moment d’euphorie enfantin, puis de nouveau le calme, la détente.

On se lave, on se prépare, la soirée approche et le diner n’est pas encore prêt. On lit les cartes du tarot, spéculant à foison sur ses illustres symboles, après avoir débattus une énième fois des différences entre philosophes anglo-saxons et philosophes franco-germaniques, puis l’esprit rassasié de pensées nous nous reposons, de nouveau repus.

Comme toujours Ramlentin travaille sa programmation, Ramtitia son scénario, Rampaz son coup de crayon, Ramthieu ses anagrammes, et moi je reste encore relativement improductif. Cuisine avec Ramxel, on coupe les légumes, geste expert de Ramxel, un homme pour qui la saveur a du sens.

Musique, costumes, soirée burlesque. Escapade bourrés pour taguer un mur de béton, la chienne est perdue et on la retrouve et on prend peur pour une jeune sortie de sa voiture, témoin potentielle de nos actes criminels, et on revient pour imbiber nos gorges de punch et de margarita, et on rigole et on prend de nouveau peur, culpabilisant déjà pour nos tags de gangsters, et la nuit souffle les dernières bougies pour laisser le pas à l’aube. Le soleil se lève et nous nous couchons, demain commencera à notre réveil.

Ramdacteur : Ramtho.